L'Offrande de Daphné Milpiet

Tout d'abord je voudrais remercier Daphné Milpiet et Simplement Pro de m'avoir proposé ce SP. J'avais aimé l'ouvrage précédent de cette auteure, L'Enterrement donc c'est avec grand plaisir que j'ai dévoré celui-ci.

Résumé (éditeur) :

À Caen, une femme est retrouvée assassinée, ses globes oculaires arrachés. L' inspecteur, Ulysse Famel, prend en charge l'enquête, excité par son originalité. Lors d'une tentative de meurtre dont le mode opératoire est identique, le criminel est arrêté. Tout juste sorti de l'hôpital psychiatrique, "l'arracheur" terrorise la ville. Alors qu'il est aux mains des policiers, les crimes continuent. D'autres barbares ont-ils copié son style, ou n'agissait-il finalement pas seul ? Et pourquoi torturer les victimes ? Pourquoi prendre leurs yeux ? Ulysse mettra tout en œuvre pour arrêter cette série de meurtres, jusqu'à risquer la vie de sa famille et retrouver ses vieux démons. Arrivera-t-il à en sortir indemne ? Pour son deuxième roman, Daphné vous invite à explorer des destins brisés, dans une traque haletante, au suspense accrocheur et à l'humour noir décapant.

Critique :

C'est avec grand plaisir que j'ai commencé ce roman et je l'ai dévoré. Quasiment lu d'une traite, en un week end. Le récit est assez court (126 pages selon ma liseuse, 178 selon la pagination éditeur) et très soigné.

La narration est fluide et se focalise surtout sur Ulysse Famel, inspecteur de police, désabusé, surmené, et parfois cynique. J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Daphné Milpiet qui ne manque parfois pas de piquant dans sa manière de raconter les choses.

"Petit, Ulysse s’est promis qu’une fois adulte, il aurait les armes pour se défendre, lui ainsi que ses proches. Sa mère, assassinée par son petit ami, n’a pas eu cette chance. Les gens qu’on aime, on ne leur tire pas des plombs au fusil de chasse à bout portant."

L'histoire se déroule à un rythme trépidant et il n'y a pas beaucoup de fausses pistes. Je ne suis pas sure que l'enquête importe autant que le vécu d'Ulysse. Certains chapitres se font au travers du regard (façon de parler, vous verrez) d'autres personnages et il reste assez peu de mystère au moment du dénouement de l'enquête.

Petit regret pour ma part sur le traitement des lieux. Je m'explique. L'action se situe à Caen, ville où j'ai habité pendant plusieurs années et j'avais espéré que l'auteure réussirait à me replonger dans mes souvenirs, à ancrer son récit dans cette ville. Et, à part quelques références (une rue, une forêt nommée non loin et la mention de la pluie normande), je reste un peu sur ma faim sur le côté "couleur locale".

Enfin, le dénouement m'a scotchée car je ne m'y attendais pas. Je me demandais bien où l'auteur voulait en venir mais clairement je n'avais pas prévu cette fin-là.

En conclusion, une intrigue solide mais la narration va un peu trop vite pour moi, et cela au détriment des fausses pistes (qui font partie du jeu de l'enquête même si clairement il me semble que ce ne soit pas l'enquête mais plutôt l'inspecteur qui intéresse l'auteure) et d'un ancrage plus approfondi. D'un autre côté, il y a un certain contraste entre le rythme effréné de l'action et la fin du récit qui donne à ce texte la violence d'un coup de poing.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/426

Fil des commentaires de ce billet