L'horreur de Kill Creek de Scott Thomas

L'histoire. Quatre auteurs de romans d'horreur sont invités à passer deux jours dans une maison hantée, tout en étant filmés pour un événement pour Halloween d'un site consacré à l'horreur. Ils acceptent mais ont-ils bien fait ?

Une histoire presque cliché. Bon, tout d'abord clairement c'est une histoire de maison hantée, comme il y en a tant, j'ai envie de dire mais ce récit a ses spécificités. Nombreuses histoires de maison hantée sont des huis clos et le héros doit trouver un moyen de sortir de la bâtisse. Ce qui est intéressant ici, c'est qu'on ne passe pas les 550 pages enfermés dans une maison lugubre où la tension est maintenue à coup d'apparition bizarre et d'objets qui bougent. Il y a un avant, la présentation des quatre auteurs, plus ou moins approfondie, et la mise en place de cet événement internet. Il y a aussi un après... Je ne vais pas trop en dire mais pour le coup la maison a des effets très psychologiques sur les quatre auteurs, et elle a de bonnes raisons pour cela.

Une approche très mêta. J'ai aussi apprécié la réflexion autour du genre de l'horreur, ce qui est rendu possible notamment par les échanges entre les quatre personnages qui sont romanciers. Chacun représente un courant distinct dans la littérature de l'horreur, entre récits gentillets où tout finit bien jusqu'à la littérature la plus gore. Pendant certaines scènes leurs conceptions de l'horreur se confrontent et c'est très stimulant de réfléchir à ce qu'est, ce que devrait être la littérature d'horreur. En prime, dès le départ, l'auteur étale ce que sera son récit. En effet, l'un des auteurs, Sam, donne des cours de littérature et présente les caractéristiques d'un récit gothique et à plusieurs reprises, si on lit entre les lignes, la fin est typique et prévisible.

En bref, le récit est assez typique des histoires de maison hantée mais il est très bien écrit. Un auteur à suivre, je pense.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/500

Fil des commentaires de ce billet