Une douce vengeance d'Elizabeth George

GEORGE vengeance.jpg, févr. 2022

Résumé :

Au cours d'un week-end en Cornouailles dans la propriété familiale, l'inspecteur Thomas Lynley et ses invités découvrent le cadavre atrocement mutilé d'un journaliste local. Bien qu'il ne soit pas sur son terrain, Lynley est amené à collaborer avec ses collègues de province. Les hasards de l'enquête vont peu à peu dévoiler la personnalité profonde de Lynley : traumatisé par la lente agonie de son père et la " trahison " de sa mère, il n'a toujours pas pardonné...

Critique :

C'est, comme toujours, avec grand plaisir que je retrouve les personnages d'Elizabeth George : Thomas Lynley, son ami scientifique Simon Saint-James, Lady Helen et enfin Deborah. La petite particularité de ce tome est de nous renvoyer en arrière, dans le passé de nos personnages. Les assidus de la série avaient conclu l'état de leurs relations les uns envers les autres. Le dernier tome nous laissait un peu sur notre faim quant à la relation entre Thomas Lynley et Lady Helen et là, on revient sur l'un des premiers points dans la description de Lynley dans le tome 1 : son amour pour Deborah.

A côté des relations entre les différents personnages, on a une enquête très intéressante qui a un petit coté cosy mystery / Agatha Christie : à l'occasion d'un séjour à la campagne, dans un manoir, l'un des habitants vient à être assassiné. Alors, pas d'huis clos, des aller et retour avec Londres mais une histoire intéressante, pas mal de fausses pistes et de rebondissements. Une enquête assez bien menée qui nous donne la possibilité de rencontrer les proches de Thomas ainsi que la sœur de Simon. On découvre un peu leur famille et leurs histoires.

J'ai adoré ce tome. J'ai trouvé quelques scènes très très fortes en émotions. En prime, on a une courte apparition d'Havers, puisqu'à l'époque Lynley ne travaille pas encore avec elle.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/476

Fil des commentaires de ce billet