Les Spectres de Haddington de Jean-François Gasquez

Résumé :

Un étrange message reçu de manière tout aussi mystérieuse entraîne Jack McArthur, un Français d'origine écossaise, à revenir sur sa terre natale, à Haddington, pour y résoudre un mystère familial. Ce qu'il découvre dépasse son entendement et l'entraîne dans une aventure qui le met face à des réalités insoupçonnées. Énigmes, secrets et révélation vont ponctuer son séjour dans l'ambiance mystique d'une Écosse peuplée de fantômes et de légendes.

Critique :

Je voudrais tout d'abord remercier les éditions Vérone ainsi que le site Simplement Pro pour m'avoir fait bénéficier de ce roman en service presse.

Tout d'abord, ce livre est un bel objet. J'aime particulièrement la couverture qui montre bien l'ambiance à l’œuvre dans le roman: des piliers en pierre, un long chemin qui nous mène on ne sait où. Bref la couverture idéale pour ce roman basé sur le mystère et les spectres.

Le lecteur suit les aventures de Jack, fils d'un patron de distillerie écossais et d'une jeune femme française, quand il revient en Écosse pour passer ses vacances. Un message mystérieux lui donne rendez-vous à Haddington, le village de ses ancêtres afin de "découvrir la vérité". Jack va devoir résoudre énigme sur énigme et faire face aux spectres qui le hantent afin de se libérer de leur emprise. Coté originalité, autant certaines révélations m'ont paru prévisibles, autant la révélation finale m'a prise par surprise et a donné tout son sens à l'aventure de Jack.

Le roman est composé de courts chapitres, écrits d'un style fluide et rythmé. Les pages se tournent toutes seules et, sans s'en rendre compte, le récit est déjà quasiment fini. Pas de temps mort dans ce roman. Même quand l'action retombe suite à des révélations, l'intrigue repart très vite et les rebondissements s'enchainent. Quelques chapitres sont consacrés à des flashbacks sur le passé de Jack et de sa famille et permettent de varier les points de vue.

A l'exception de deux petites maladresses (l'auteur laisse entendre qu'Haddington se situe dans le Buckinghamshire et utilise l'expression "éducation nationale" pour parler d'une enseignante, ce qui sonne décalé vu le contexte britannique), je trouve que l'auteur réussit à nous immerger dans une ambiance feutrée de manoir au fin fond de l'Ecosse, avec sa lande environnante plongée dans la brume et ses vieux châteaux avec des fantômes dans le moindre recoin. Une ambiance mystérieuse et parfaite pour l'histoire qui s'y déroule.

J'ai trouvé les personnages bien construits avec ce qu'il faut d'ombre et de lumière pour les personnages principaux. Jack est particulièrement bien dépeint : ses souvenirs, ses pensées.

En bref j'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre. Un auteur à suivre.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/455

Fil des commentaires de ce billet