Dracula et autres histoires de vampire

J'ai lu ce petit recueil de nouvelles (160 pages) pour Halloween. Le thème s'y prêtait bien. Il regroupe 8 nouvelles autour de cette figure. Il semblerait que ce livre soit une réédition d'un recueil intitulé les Cent ans de Dracula, paru en 1997. Les titres ont été sélectionnés et sont introduits par Barbara Sadoul, écrivaine spécialisée dans le fantastique.

La Fiancée de Corinthe de Wolfgang Goethe (1797).

Cette nouvelle est plutôt un long poème assez sympathique. Un jeune homme se rend dans une famille dont la fille lui a été promise en mariage mais ce n'est pas sa fiancée qui le séduit, mais une autre jeune femme plus sulfureuse, sa soeur.

Le Vampire de John William Polidori (1816)

Cette nouvelle est l'un des premiers textes sur la figure du vampire et est un véritable classique. Un jeune homme, Aubrey, se lie d'amitié avec un mystérieux aristocrate, Lord Ruthven. Les deux hommes décident de partir ensemble faire le tour en Europe mais peu à peu Aubrey découvre que son ami a des penchants peu recommandables...

La morte amoureuse de Théophile Gautier (1836).

Dan ce récit, un religieux raconte comment, lors de son ordination, il est tombé sous le charme d'une courtisane, qui cachait un secret terrible. J'ai aimé la narration par le religieux tiraillé entre ses aspirations spirituelles et ses désirs.

Car la vie est dans le sang de Francis Marion Crawford (1905).

Deux amis dinent un soir, en haut d'une tour en ruine en Italie et l'un d'eux repère un monticule de terre qui ressemble à une tombe. Son compagnon lui raconte donc la légende qui y est rattachée. Je ne connaissais pas l'auteur avant cette nouvelle mais j'ai bien aimé ce court texte.

L'invité de Dracula de Bram Stoker (1914).

Un homme visite l'Allemagne et passe une nuit mouvementée dans un village en ruine le soir de la nuit de Walpurgis. Une nouvelle écrt par le maître en terme de vampires mais avec une légère incohérence qui m'a gênée : dès le départ, l'aubergiste rappelle au cocher que c'est la nuit de la Walpurgis et le héros ne se rappelle qu'à la moitié de la nouvelle que cela correspond à la nuit où les sorcières se rassemblent pour le sabbat. Il semble bizarre que le personnage ne s'en souvienne pas plus tôt.

Aylmer Vance et le Vampire de Claude Askew (1914)

Aylmer Vance est un détective spécialisé dans l'occulte. Lui et son jeune apprenti doivent résoudre un cas intéressant d'un jeune marié parti vivre en Ecosse sur les terres de sa femme et dont la santé se dégrade peu à peu sans explication médicale. Encore un auteur que je ne connais pas mais une nouvelle intéressante qui associe les conventions des nouvelles policières à la Sherlock Holmes (le grand détective dont les déductions nécessitent d'avoir un apprenti comme témoin) et celles de l'histoire fantastique.

Le Gardien du cimetière de Jean Ray

Cette nouvelle nous raconte les conditions particulières dans lesquelles le héros se retrouve embauché pour garder un cimetière : deux collègues peu causants mais qui n'hésitent pas à partager leur repas et un petit digestif, le soir, entre eux. Autre condition : le héros est embauché pour un an et a interdiction de sortir du cimetière... J'ai aimé cette nouvelle, un peu plus orale que les autres.

La Maison maudite de Howard Phillips Lovecraft (1928)

Le narrateur nous raconte l'histoire particulière d'une maison hantée, une maison où l'un de ses proches a trouvé la mort dans des circonstances violentes et étranges. J'ai eu plus de mal à accrocher. L'auteur appesantit sur des considérations pseudo scientifiques qui m'ont rebutée.

Remarques : Globalement j'ai apprécié ce recueil. Certaines nouvelles m'ont davantage plu que d'autres. Les 5 premières sont assez classiques alors que Aylmer Vance n'est pas sans rappeler la tendance de nos jours à l'urban fantasy avec des détectives spécialisés dans l'étrange (Les Dossiers Dresden de Butcher, la série Supernatural, etc). Le Gardien du cimetière a aussi une certaine modernité.

Cela dit c'est assez amusant de retrouver des éléments en commun. Les vampires évidemment, généralement séducteurs, synonyme de tentation. Un endroit un peu reculé de la civilisation (avec un certain regard parfois un peu condescendant sur les autres pays vus comme superstitieux) : l'Italie, l'Ecosse, l'Allemagne (en gardant à l'esprit que la plupart des auteurs sont anglais ou américains). Malgré ces éléments, chacun laisse une nouvelle différente :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/454

Fil des commentaires de ce billet