Lectures de juillet 2021

lecture juillet 2021.png, août 2021

Pas mal de lectures en ce mois de juillet donc petit avis rapide sur les livres que j'ai lus, à l'exclusion des mangas. Je ferai peut être un post à part pour eux.

=> The Hanging Tree de Ben Aaronovitch :

Résumé (Livraddict) : A l'emplacement actuel de Marble Arch, à Londres, se dressait jadis la tristement célèbre potence de Tyburn, surnommée l'arbre des pendus, où l'on exécutait les criminels les plus notoires du royaume. William Wallace ou Olivier Cromwell y auraient connu une fin funeste. Mais aujourd'hui, les riches demeures d'Oxford Street et de Mayfair, situées là où les condamnés faisaient leurs derniers pas, sont le théâtre d'événements pour le moins étranges. Peter Grant, agent de la Police Métropolitaine de Londres et dernier apprenti sorcier du royaume, mène une nouvelle fois l'enquête...

Sixième opus des enquêtes de Peter Grant. Mon intérêt pour la série est revenue grâce à la fin du tome 4 qui se termine sur un rebondissement imprévu. Le tome 5 m'a bien plu. C'était plus construit, plus facile à suivre. Le tome 6 ne me laisse pas un souvenir impérissable. J'ai surtout apprécié les petits clins d’œils à Pratchett. Au final je m'intéresse davantage à l'évolution du fil rouge que de l'enquête propre à ce tome. Bref, un tome dans la lignée des précédents, ni plus, ni moins.

++=> Washington Square d'Henry James.++__

Résumé (Livraddict) : Catherine Sloper, fille d'un médecin réputé de la haute bourgeoisie new-yorkaise, est une riche héritière. Un coureur de dot se présente, irrésistible aux yeux de la jeune fille, dont il gagne le coeur tambour battant. Presque aussi vite, l'oeil froid du docteur a détecté l'imposteur, l'arriviste. Il mettra l'amoureux en fuite en déshéritant sa fille.

Encore une lecture dans le cadre de l'agrégation d'anglais. Et encore une fois James choisit une histoire bien glauque, ou en tout cas la raconte de manière glauque. J'ai trouvé assez dérangeant le cynisme du père dans ses manigances pour écarter l'amoureux de sa fille. Cela dit, ce roman court (ou longue nouvelle au choix) se lit assez bien.

=> Grish-Mère d'Isabelle Bauthian

Résumé (Livraddict) : C’est à Landor qu’on trouve la plus importante école de serviteurs de Civilisation. Ceux qui en sortent, les factotums, savent repasser le linge de leur maître, réciter sa généalogie et éviscérer ceux qui le regardent de travers. Leur fidélité, garantie par des années de lavage de cerveau à la lessive patriotique, n’est plus à démontrer. C’est pourquoi, lorsque Sylve trahit son seigneur et lui dérobe une précieuse relique, c’est l’incompréhension... puis la chasse à l’homme. Sauf que Sylve n’a jamais rien volé. Et peut-on qualifier de traître celui qui a ajusté ses principes par amour ? Le guerrier naïf qui n’a jamais quitté Landor est en route pour la baronnie de Grish-Mère. Il espère y laver sa réputation, mais il se retrouve à la merci de la puissante Guilde des Épiciers. Son érudition et son excellence au combat ne lui sont alors que d’un faible secours...

Encore un récit un peu malaisant, mais c'est, je pense, un effet voulu par l'auteure : un jeune homme formé par une institution traditionaliste et patriarcale qui se retrouve manipulé par la Guilde des Épiciers en négociation avec Grish-Mère, un état matriarcal qui traite les hommes comme d'autres traitent les femmes. Le côté malaisant réside dans la focalisation autour de ce personnage masculin qui a subi un lourd bourrage de crâne et qui se débat entre ses désirs et les valeurs qu'on lui a imposées. J'ai eu du mal à me replonger dans cet univers aussi du fait que j'avais lu le premier tome il y a assez longtemps. Malaisant donc mais très intéressant.

=> Le Journal de Claire Cassidy d'Elly Griffiths

Résumé : Dans le collège anglais où elle enseigne, Claire Cassidy donne chaque année un cours sur un classique de la littérature gothique, " L'Inconnu ", de R.M. Holland. Cet écrivain a vécu et enseigné dans le même collège que Claire, qui, fascinée par ce personnage qui hante encore les murs de l'établissement, travaille à l'écriture de sa biographie. Mais un jour, Ella, sa collègue et amie est retrouvée morte. À côté de son corps, une citation de " L'Inconnu "... La littérature et la vraie vie entrent alors en collision, et Claire devient suspecte aux yeux de la police. Et le mystère s'épaissit lorsqu'elle ouvre son journal intime, ce journal dans lequel elle écrit chaque jour, et découvre une écriture qui n'est pas la sienne : " Bonjour, Claire. Tu ne me connais pas. " L'Inconnu, lui, connaît Claire, jusqu'à ses moindres secrets, et il n'est visiblement pas étranger aux meurtres qui vont se succéder au sein même du collège, toujours inspirés du livre de R.M. Holland. Claire arrivera-t-elle à changer la fin de l'histoire ?

J'adore la série des enquêtes de Ruth Galloway par cette auteure et je m'attendais à un coup de cœur avec ce one-shot. J'ai été un peu déçue. Le roman se lit très bien. J'ai assez aimé l'entrelacement entre la nouvelle l'Inconnu de R.M. Holland et le récit global.

=> L'incivilité des fantômes de Rivers Solomon

Résumé (Livraddict) : Aster est une jeune femme que son caractère bien trempé expose à l’hostilité des autres. Son monde est dur et cruel. Pourtant, elle se bat, existe, et aide autant qu’elle le peut, avec son intelligence peu commune, ceux et celles qu’elle peut aider. Mais un jour, un type la prend en grippe. Et Aster comprend qu’elle ne peut plus raser les murs, et qu’il lui faut se tenir grande. Sa rébellion est d’autant plus spectaculaire qu’elle est noire, dans un vaisseau spatial qui emmène les derniers survivants de l’humanité vers un éventuel Eden, un vaisseau où les riches blancs ont réduit en esclavage les personnes de couleur. Un premier roman qui prend pour prétexte la science-fiction pour inventer un microcosme de l’Amérique, et de tous les maux qui la hantent, tels des fantômes.

Un texte assez déconcertant (surtout pour quelqu'un qui lit pas tant de SF que moi). Un univers foisonnant : un immense vaisseau avec les ponts supérieurs peuplés de la population blanche alors que les noirs sont relégués aux ponts inférieurs, insalubres, et aux travaux les plus physiques. J'ai aimé la narration qui fait passer son message sans avoir recours au prêche. J'ai trouvé qu'il y avait des personnages bien travaillés, une histoire d'amour ni trop présente, ni mièvre. J'ai été étonnée et un peu déçue par la fin. Je ne m'attendais pas à cela.

=> Agatha Raisin, book 10: And the Fairies of Fryfam de M.C. Beaton

Résumé (Livraddict) : Meurtrie d'avoir été abandonnée par James, l'amour de sa vie, Agatha Raisin s'en remet aux présages d'une diseuse de bonne aventure : elle trouvera l'amour, le vrai, dans le Norfolk. Qu'à cela ne tienne, Agatha quitte Carsely et s'installe dans un charmant cottage de Fryfam où elle attend le prince charmant en écrivant son premier roman policier : Panique au manoir. Un titre prédestiné car, après une série d'étranges phénomènes, le châtelain du village est assassiné et les soupçons se portent tout naturellement sur Agatha, dont le conte de fées vire au cauchemar...

Un bon Agatha Raisin. Les personnages récurrents sont fidèles à eux mêmes : Agatha est indécise, curieuse, imprudente. Charles devient plus complexe, plus d'un aristocrate qui enquête avec Agatha pour tuer l'ennui. Il prend un peu de profondeur dans la manière dont il prend soin d'Agatha. Une enquête qui se lit bien et vite avec une fin qui donne envie d'enchaîner les tomes.

=> La Mort du temps d'Aurélie Wellenstein

Résumé (Livraddict) : Un séisme temporel a dévasté la Terre, massacrant une large partie de la population et mélangeant les époques entre elles. Callista se retrouve seule survivante dans un Paris ravagé où s'amalgament deux-mille ans d'architecture. Tous ses repères chamboulés, la jeune fille n'a plus qu'un espoir : retrouver en vie sa meilleure amie, restée dans l'Est de la France. Callista part à pied pour un long périple, talonnée par la monstrueuse réplique du séisme qui semble la suivre pour l'anéantir. Si elle s'arrête, si elle ralentit, le cataclysme la dévorera. Au côté d'étranges compagnons, issus de siècles différents, elle va tout faire pour échapper au chaos.

J'ai trouvé ce roman aussi assez déconcertant. Callista se réveille dans un hôpital désert alors que Paris est secoué par des tremblements de terre et des explosions. Elle doit fuir. Et directement, sans plus d'explications, on se retrouve dans un monde assez étrange. Le début déboussole mais le récit est construit de manière à ce que peu à peu, comme Callista, on comprend et l'histoire est bien ficelée. Du mal à rentrer dedans mais au final une très bonne expérience.

=> L'île aux démons de Cécile Duquenne

Résumé (Livraddict) : Quatre ans après l'enlèvement de Bob par le Roi William, qui mène toujours des expériences interdites afin de créer une race de créatures plus puissantes que toutes les autres, Népomucène est devenu consultant pour la Police des Affaires Surnaturelles et recherche toujours son plus précieux ami à travers le monde. Il a appris les arcanes de l'alchimie, et son corps est désormais recouvert de runes qui le rendent moins vulnérable au monde surnaturel dans lequel il évolue. Mais rien ne peut le sauver de la folie et de la mort qui le guettent à moyen terme... car il vient de finir la dernière fiole de sang de la réserve que Bob lui avait constituée « au cas où ». Depuis qu'ils sont devenus amants, Népomucène est en effet son calice, désormais lié au sang du vampire. En plus d'avoir perdu l'amour de sa vie, il se résigne donc à perdre la raison, puis la vie.Jusqu'à ce qu'enfin apparaisse une piste... une piste qui, il en est sûr, ne peut qu'être l'œuvre de Bob. Mais est-il réellement prêt à découvrir ce qui l'attend au bout de ce périple et, surtout, ce qui est arrivé à son ami et amant ?

Une série que j'avais commencée il y a un bout de temps, donc quand j'ai décidé de la finir, j'avais oublié pas mal de choses. Heureusement le tome 3 que j'ai lu il y a quelques semaines m'a permis de me rappeler de pas mal de choses et m'a donné envie de découvrir ce dernier tome. Un bon rythme, une écriture fluide, j'ai beaucoup aimé ma lecture.

=> Stormbringer de Michael Moorcock

Résumé (Livraddict) : Et ce fut l'Ere des jeunes Royaumes. Des héros se dressèrent. Des prophéties s'accomplirent. Près du Désert des Larmes, Elric au funeste renom crut trouver un sursis en compagnie d'une femme. Le chaos et la Loi rassemblaient leurs forces en vue de l'assaut. Qui serait l'ultime victime ? Le prince albinos regardait la lame noire qu'il avait tant haïe ; elle avait tué ses amis et ses maîtresses, volé leurs âmes pour soutenir ses forces évanescentes. Cette fois elle voudrait plus. Il se sentait nargué. Alors il crut entendre un rire sauvage emplissant l'univers des échos de sa joie impie. Et quand vint l'heure, il comprit que c'était dérisoirement simple, et qu'il savait depuis toujours.

Ce tome constitue la fin d'un cycle pour Elric. Je sais qu'il y a encore deux livres mais le voyage d'Elric se clôt avec ce tome. Beaucoup d'actions encore mais on voit arriver la fin d'une époque, celle d'Elric. J'ai été émue par la fin alors que je ne pensais pas m'être attachée aux personnages. Une fin très satisfaisante.

=> Snjor de Ragnar Jonasson

Résumé (Livraddict) : Quand la mort vient frapper aux portes des honnêtes gens. Un village sans histoire, vraiment ? Un huis-clos à l’anglaise dans le plus grandiose des décors scandinaves. Jonasson, la nouvelle révélation du polar islandais. __ Ari est un jeune policier qui obtient un premier poste dans un petit village de pêcheurs tout au nord de l'Islande, dans une région isolée en hiver par la neige. D'où le côté huis clos. J'ai beaucoup aimé ce roman mais c'est un policier à la nordique, beaucoup de descriptions et d'ambiance, de l'action certes mais aussi des personnages très approfondis et une histoire bien ficelée avec des indices disséminés ici et là dans le récit. Un coté dépaysant avec ce paysage tout en blanc et les noms islandais. Clairement, une série que je vais suivre assidument. Seul bémol : ne parlant pas islandais, le titre ne m'évoque pas grand chose.__

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/442

Fil des commentaires de ce billet