L'écho des morts de Johan Theorin

Résumé éditeur :

Joakim et sa femme Katrine ont décidé de quitter Stockholm pour s’installer dans une vieille ferme sur l’île d’Öland.

Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim sombre dans une profonde dépression. En faisant des travaux dans la maison, il tombe sur des inscriptions mystérieuses. Il apprend alors que dans le passé, les habitants de la ferme ont souvent été victimes d’accidents mortels. Les vieilles et inquiétantes légendes d’Öland refont surface et Joakim se prend à imaginer qu’à l’instar d’autres esprits, Katrine pourrait revenir.

Le suspense s’épaissit. D’étranges cambriolages en série surviennent sur l’île. La jeune policière Tilda Davidsson qui mène l’enquête a bien du mal à dénouer tous ces fils qui s’entrecroisent, créant une tension dramatique extraordinaire.

Critique :

Tout d'abord, Livraddict indique que ce roman est le second d'un quatuor mais je n'ai pas lu le 1e livre dans la série et il ne reste aucune zone d'ombre. Il semblerait que les 4 tomes puissent être lu indépendamment les uns des autres.

Le roman est assez riche en personnages et alterne les points de vue : Joakim, récemment veuf qui a du mal à accepter la mort de sa femme Katrin, Tilda, jeune policière nommée dans la police de proximité dans ce coin un peu retiré de tout, qui est là pour en apprendre plus sur son grand père grâce au frère de ce dernier, Gerloff et pour se rapprocher de son amant, et enfin Henrik, qui a trouvé un moyen rapide (et donc peu honnête) pour arrondir ses fins de mois. J'ai trouvé les personnages intéressants. Ils ont un passé, des remords, un passé.

Le gros point fort de ce roman réside dans son ambiance. Le jeune couple emménage dans un coin paumé, une maison trop grande pour eux coincée entre deux phares, un lieu où les tempêtes et les naufrages sont fréquents. D'ailleurs l'endroit n'est-il pas maudit parce que la maison a été construite avec le bois d'une épave ? Le texte est émaillé d'extraits de récits racontant les tragédies qui ont eu lieu dans cet endroit. L'ambiance est tellement prégnante que, pendant un moment, j'ai oublié que je lisais un policier, et non un roman fantastique.

Ce roman se lit très bien. Les pages tournent toutes seules. J'aime beaucoup la manière dont l'histoire est racontée. Fantômes, esprits qui hantent la maison, morts violentes... On pourrait se demander où est la dimension policière et, une fois le livre refermé, avec un peu de recul, tout y est et surtout le lecteur a été baladé avec brio par l'auteur et n'a rien vu venir.

Je pense que je vais essayer de me trouver les trois autres tomes de ce quatuor :)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/416

Fil des commentaires de ce billet