Mers Brumeuses de Chloé Chevalier

Résumé éditeur :

Véridienne et les Éponas, pour la première fois, lèvent les armes l'un contre l'autre. Sur les rivages des Mers Brumeuses, les Chats de Calvina et les guerrières de Malvane se jaugent, et les deux Suivantes, résignées et amères, se préparent à devoir verser le sang de leurs camarades d'enfance.Alors que leurs reines, à tort ou à raison, leur retirent peu à peu toute confiance et que leurs terres se transforment en cimetières, plus rien ne semble pouvoir empêcher les désastres à venir.

Critique : Ce roman est le troisième récit du Demi-Loup, après Véridienne et Les Terres de l'Est.

Tout d'abord j'ai rencontré une petite difficulté : j'ai terminé le second tome de cette saga en juin 2019 et j'avais oublié pas mal de choses. Heureusement, grâce aux références, petit à petit, j'ai pu retrouver et reconstruire les informations que j'avais pu oublier. Autant quand j'ai commencé à lire de la fantasy et quand j'enchaînais les tomes des sagas, le petit résumé en début de roman me semblait superflu, autant je m'aperçois qu'avec le temps et le nombre de sagas débutées, c'est un élément que j'apprends à apprécier quand il est là :)

J'ai donc retrouvé les personnages des deux premiers tomes : les deux princesses, Malvane et Calvina, qui, après une jeunesse passée ensemble, sont en froid, leurs Suivantes, Lufthilde et Nersès, qui tentent de maintenir la paix entre les deux princesses, tout en se méfiant l'une de l'autre. Un dernier personnage me semble central dans les intrigues tissés : Aldemor, le prince et héritier légitime qui a été banni et exilé.

Comme les tomes précédents, l'histoire est racontée de différents points de vue, on alterne entre les Suivantes, Cathelle, Aldemor et Crassu, le fils adoptif sourd de Nersès, la Suivante de Malvane. Les points de vue sont moins diversifiés et sont limités qu'aux protagonistes de l'intrigue principale, là où on pouvait avoir des extraits plus secondaires et plus décalés dans le premier tome par exemple. On retrouve vite la gymnastique pour identifier qui parle/écrit.

Coté intrigue, j'ai apprécié Crassu, enfant adoptif sourd de Nersès qui offre une vision différente des choses. J'ai aussi apprécié le fait que le lecteur se retrouvait avec plus d'informations que les personnages, on sent la catastrophe venir et on se rend compte de son inévitabilité. Cela créé une véritable tension et un suspense quant à la fin de l'intrigue. Pour autant, tout n'est pas prévisible et la fin nous laisse dans l'attente de la suite.

Au final, malgré les difficultés à me replonger dans le récit, notamment à cause de la quantité d'informations oubliées, j'ai fini par apprécier ce récit, dans la continuité des tomes précédents mais qui fait aussi évoluer les personnages et l'intrigue. Une fois les grandes lignes récupérées dans ma mémoire, j'ai bien accroché au récit et je suis impatiente de lire la suite (mais vu la densité, je vais éviter de trop tarder cette fois)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/410

Fil des commentaires de ce billet