Les Gardiens célestes de Romain d'huissier

Attention aux spoilers sur les tomes précédents !

Résumé éditeur :

Sous les néons de Hong Kong rôdent démons et fantômes. Manipulé et trahi, Johnny Kwan a essuyé une cuisante défaite qui a vu le terrible Premier Empereur de Chine revenir à la vie. Désormais, Anthony Chau et les Cinq Venins règne sur la ville, tandis que dans les bas fonds, la cruelle Triade des Trois Lotus a pris le pouvoir. Pire encore, des dieux sont assassinés dans toute la ville. S'il veut vaincre son ennemi juré et mettre fin à ses plans funestes, Johnny va devoir trouver de nouveaux alliés et, peut-être, même, réunir les Gardiens célestes. Mais où se trouvent ces êtres exceptionnels, destinés à sauver tout ce qui existe sous le Ciel ?

Critique :

C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé les aventures de Johnny Kwan, exorciste exerçant à Hong Kong. Ce troisième opus termine la trilogie des Chroniques de l'Etrange.

Les tableaux sur la vie à Hong Kong sont sympas et assez immersifs. On a une vraie plongée dans le mode de vie typique avec la vie des différents quartiers. L'auteur prend soin à chaque détail, et notamment les plats dégustés à chaque repas pris dans un restaurant.

J'ai bien aimé les personnages, certains qu'on découvre, d'autres qu'on retrouve. On s'attache sincèrement à certains mais on sent très vite que la bataille finale arrive et qu'elle n'épargnera personne. L'auteur réussit à offrir une personnalité assez marquante pour un grand nombre d'eux, ce qui rend le roman assez riche. Chacun a ses priorités et ses valeurs.

L'intrigue est assez linéaire et plus facile à suivre que dans les tomes précédents. Je l'ai trouvé très claire et cela permet de bien suivre les tenants et aboutissements des intrigues d'Anthony Chau. Certains passages m'ont décontenancée, par exemple l'entrainement un peu wtf de Johnny.

Le vrai point qui m'a déplu, mais c'est plus une question de goût que de qualité du roman, c'est le dénouement. La fin est cohérente avec l'histoire et clôt bien l'histoire mais, mais .. je rencontre le même problème qu'avec Haute-Ecole de Sylvie Denis. C'est la même manière de clore, le même rebondissement et je trouve que c'est le "dénouement à la mode".

Je ne regrette pas ma lecture. L'univers est immersif, l'intrigue sympathique, j'ai passé un bon moment et c'est avec regret que j'ai du dire au revoir à Johnny Kwan et à Hong Kong.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/395

Fil des commentaires de ce billet