L'Enterrement de Daphné Milpiet

Résumé (éditeur)

Dans une petite ville de province de la France, le calme habituel est perturbé. Albert Dupont, 60 ans, est retrouvé mort assassiné d’une balle dans la nuque. L’enquête mettra en lumière le passé trouble de cet homme. A priori sans histoire, il se révèle être un pervers-narcissique violent. Les soupçons de la police se tournent rapidement vers un meurtre intrafamilial. Il faut dire qu’il avait réussi à se faire détester de tous ses proches. Mais cette révélation va déchirer les membres de cette famille où la méfiance règne désormais. À la surprise de tous, la liste des suspects est entièrement féminine. Entre secrets de famille et vengeance, qui est passé à l’acte ?

Critique

Tout d'abord je voudrais remercier Daphné Milpiet pour ce Service Presse.

Ce roman est assez court (130 pages selon ma liseuse mais elle formate grand). Le roman est construit en plusieurs parties, chacune rapportant le point de vue de l'une des femmes de la famille d'Albert Dupont suivant l'annonce de la mort de ce dernier.

Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que chacune des protagonistes a sa voix propre. Aucune ne raconte les choses de la même manière qu'une autre et pour cela, le roman est bien construit. J'ai eu un gros coup de cœur sur la partie consacrée à l'une des filles de la victime, Chlotilde. Elle est cynique et elle a un humour très noir. Son style est décapant. Elle est professeure des écoles et j'ai aimé sa manière très juste de raconter son travail et d'en rire. Son humour sonne juste, et c'est quand même rare quand on fait de l'humour sur le dos des enseignants donc c'est un élément que j'ai énormément apprécié.

Le seul petit hic, c'est que l'on commence avec le point de vue le plus marquant, le plus décapant et qu'au final, j'ai trouvé les autres personnages un peu plus fadasses, intéressantes quand même cela dit (notamment la mère de la victime qui fait quand même de la peine et la soeur qui est psychologue et qui semble en voir des vertes et des pas mûres dans le cadre de son travail).

Le changement des points de vue permet de présenter des visions tronquées et partiales et le tout s'organise un peu comme un puzzle. Et quand on a compris que chaque partie va finalement relater les mêmes quelques jours, on pourrait avoir peur d'un côté un peu répétitif mais c'est un écueil que l'auteur évite en rajoutant des informations que la vision tronquée des autres personnages ne pouvait pas nous offrir.

Cependant il y a deux petits points frustrants dans ce premier roman : un dénouement un peu trop rapide (une fois les différentes visions présentées, il ne reste qu'une dizaine de pages pour clore le tout) et une victime dont on ne sait pas grand chose à la fin. Je reste un peu sur ma faim concernant la victime. Je sais que c'était un sale type, un magouilleur, un manipulateur et un profiteur, mais le tout manque de consistance, de faits, de souvenirs précis.

J'ai vraiment adoré ma lecture. Le début m'a vraiment scotchée avec Chlotilde, sa voix et son humour noir. La fin m'a un peu frustrée, un peu trop rapide mais je suivrais avec attention cette auteure.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/394

Fil des commentaires de ce billet