Résumé (éditeur)

Le corps recouvert d'une étrange poudre blanche, des extrémités gangrenées et un visage figé dans un rictus de douleur... En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d'épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l'effroi la paralyse. Et si son père n'était pas l'homme qu'il prétendait être ?

Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l'ex-inspectrice des forces spéciales s'apprête à affronter un secret de famille terrifiant. Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu'à l'île du Diable ?

Critique

J'ai retrouvé avec grand plaisir Sarah Geringën. J'ai été étonnée car j'ai trouvé le roman très court : de un parce qu'il se lit très vite (j'ai du le lire en une journée), et de deux parce qu'il est plus court que les deux autres mais globalement on retrouve ce qui a fait à mes yeux le succès des deux premiers tomes : une enquête rythmée et passionnante, des connaissances pointues et avec des références, une écriture dynamique

Cette fois l'histoire se penche sur le passé de Sarah ou plutôt sur le passé de son père. J'ai eu un peu de mal avec la fin du roman, j'ai trouvé que cela trainait un peu et j'avais du mal à voir où cela allait nous mener, mais au final, la fin est parfaite et semble clore cette trilogie de manière satisfaisante.