Jeremiah de Hervé Gagnon

GAGNON Jeremiah.jpg, fév. 2020

C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé les personnages de la Légende de Jack de Hervé Gagnon : le journaliste Jospeh Laflamme tout d'abord (avec ses propres démons, la bouteille, et son ambition professionnelle qui l'amène à se mêler de ce qui ne le regarde pas mais pourrait faire un bon papier), sa sœur (et son petit côté vieille fille un peu rabat-joie au premier abord) ainsi que leur ami ex-policier de Scotland Yard qui les avait aidés à se débarrasser de Jack dans le tome précédent.

Cette fois, le roman commence par plusieurs courts récits un peu obscurs, qui remontent assez loin dans le passé, qui ont pour but de nous donner envie de continuer mais qui nous perdent un peu entre les informations qu'on nous donne et celles qu'on ne nous donne pas... Puis commence vraiment l'affaire sur laquelle Joseph va enquêter cette fois : un meurtre violent d'un ouvrier noir, pendu et abandonné dans une église dans une sombre mise en scène macabre...

Le roman est bien équilibré entre l'aspect vie des personnages et l'enquête en elle-même. J'ai apprécié l'évolution des personnages, notamment le caractère bien trempé de la sœur de Joseph et le côté humoristique du contraste entre sa droiture apparente et son comportement véritable, sans pour autant qu'elle en devienne ridicule.

L'enquête m'a semblé un peu tirée par les cheveux. L'auteur utilise un certain nombre de figures mythiques des Etats Unis, qui paraissent un peu déplacés dans le paysage enneigé de Montréal et au final, cela fait un peu trop de sociétés secrètes et de complots pour un seul roman.

La lecture a été agréable, le style est fluide et se lit bien mais j'ai surtout apprécié l'humour relatif aux relations entre les personnages plus que l'enquête en elle-même. Je me procurerai surement la suite mais, même si le roman se lit bien, le premier me semblait meilleur.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/354

Fil des commentaires de ce billet