Lectures d'avril 2017

Voici un mois bien chargé côté lectures : 7 romans lus et (malheureusement pour mon défi descente de PAL) quelques rajouts dans la PAL.

Tombeau ouvert, 3e tome de la série des dossiers Dresden de Jim Butcher. Suite à mon visionnage de la série télévisée, j'ai décidé d'avancer dans la série de romans.

Résumé de l'éditeur : Harry Dresden a affronté son lot d’horreurs, des vampires surexcités aux garous psychotiques. Mais toutes ces années passées à combattre le surnaturel ne l’ont pas préparé à ça : le monde des esprits est devenu fou. Les fantômes harcèlent Chicago, des spectres torturés, violents et… sanguinaires. Quelqu’un – ou quelque chose – les pousse à se réveiller de méchante humeur. Pourquoi ? Et pourquoi la plupart des victimes ont-elles un lien avec Harry ? S’il ne le découvre pas bientôt, il pourrait bien lui aussi passer de l’autre côté.

Critique : j'ai trouvé le milieu un peu long. Sinon la série est toujours aussi sympathique. J'aime beaucoup le personnage principal et son ami "crâne". Bref une lecture agréable.

Le Dernier Loup-garou de Glen Duncan. C'est le premier tome d'une trilogie.

Résumé : Jake Marlowe est un loup-garou, le dernier de son espèce. Pourchassé par des tueurs fanatiques qui ont juré de lui trancher la tête, protégé contre son gré par une organisation secrète désireuse de vivre au grand jour, Jake a décidé d'arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera sa dernière. "Va où tu peux, meurs où tu dois". Mais pour le vieux loup-garou suicidaire et blasé, rien ne va se dérouler comme prévu. Le dernier loup-garou, traduit en quinze langues, est le premier tome d'une trilogie qui, notamment par l'humour et l'émotion - sans oublier une pincée de sexe ! -, dépoussière, voire dynamite, le mythe du lycanthrope.

Critique : j'avais trouvé les personnages assez convaincants et l'intrigue assez prenante mais je ne suis pas sure de continuer la trilogie. A voir

La légende de Coldstone de Patricia Wentworth : Sur le flanc d’une verdoyante colline, se dressent les vestiges d’un antique cercle de pierres. Personne au village n’ose approcher de ce lieu qui inspire craintes et superstitions. Lorsque le jeune Anthony Coldstone, jeune officier britannique de retour des Indes, hérite par son oncle de la propriété de Stonegate et des terres environnantes, il est bien décidé à découvrir ce que cache ce mystère. Il pourra compter sur l’aide de Mrs Bowyers, une très vieille femme de plus de 90 ans qui incarne l’âme du village, ainsi que de la pétulante petite-fille de cette dernière, Susan, à laquelle il est loin d’être indifférent. Entre Londres et la campagne anglaise, Anthony et Susan vont fureter dans les légendes familiales, et explorer les passages secrets de Stonegate à la recherche d’un trésor…

Critique : un peu déçue car je m'attendais à un bon vieux policier et ce n'est pas vraiment ça. Il y a bien un mystère, des ficelles parfois un peu grosses donc un roman agréable, qui se lit pas trop mal mais qui ne me convainc pas de lire d'autres du même auteur.

Corpus Delicti de Juli Zeh : Nous sommes en 2057 et tout est propre. Pour le bien de tous, l'Etat a instauré la Méthode, qui soumet la population à des règles préventives drastiques et à des contrôles sanitaires réguliers. Depuis le décès de son frère, Mia Holl perd les pédales : cette jeune biologiste a arrêté le sport et n'a pas transmis aux autorités les rapports obligatoires relatifs à son sommeil et à son alimentation. Convoquée au tribunal puis relaxée, elle est bientôt soupçonnée de sympathies avec le groupe Droit à la maladie. Le journaliste de télévision qui s'intéresse à elle et lui donne la possibilité de s'expliquer saura-t-il l'aider ? Lucidité visionnaire, humour amer et rythme enlevé sont les atouts de ce roman politique sur les dérives de l'obsession hygiéniste, du culte du corps et de la tentation normative.

Critique : un roman de SF dystopique un peu dans la lignée 1984. Dans ce monde, prendre soin de soi est un devoir social et ne pas le faire est un crime. En effet il y a un côté visionnaire bien sympathique et stimulant. Bref une lecture un peu difficile coté style mais des idées très intéressantes.

Les Enchantements d'Ambremer, premier tome du Paris des Merveilles de Pierre Pevel : Paris, au début du XXe siècle. Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétardent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées. Occupé à enquêter sur un trafic d’objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n’a d’autre choix que de s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien… Bienvenue dans le Paris des Merveilles.

Critique : j'adore ce qu'écrit Pierre Pevel et ce roman n'échappe pas à la règle. J'ai aimé ce roman, avec son petit côté steampunk. J'ai aussi craqué pour l'édition du roman elle-même avec une couverture unie d'un très joli vert. Bref une très bonne lecture :)

Persuasion de Jane Austen : le dernier roman que Jane Austen a fini de son vivant. J'ai écrit un article rien que sur ce roman. J'ai trouvé qu'il se lisait très très bien, qu'on y retrouvait des thèmes chers à Jane Austen mais avec un peu plus de nuances que dans d'autres romans.

Pitié pour leurs âmes de John Searles : Encore une fois je pensais tomber sur un policier. C'était plutôt un thriller. Il y avait bien un meurtre, celui d'un couple d'exorcistes et la recherche de la vérité par leur plus jeune fille mais j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Agréable mais cela ne m'a pas fait faire des bonds.

Résumé : Tout commence par un appel téléphonique, une nuit neigeuse de février. Couchée dans son lit, la jeune Sylvie Mason entend ses parents au téléphone à l’autre bout du couloir. Ce n’est pas la première fois qu’on les appelle si tard car ils ont une occupation pour le moins inhabituelle : ils prêtent main-forte aux « âmes tourmentées » pour les aider à retrouver la paix. Mais cette fois, Sylvie sent que cet appel n’est pas comme les autres, d’autant qu’on les convainc de se rendre à la vieille église à l’orée de la ville. Là, ses parents disparaissent, l’un après l’autre, par les portes rouges de l’édifice, laissant Sylvie seule dans la voiture. Bientôt, elle s’endort… réveillée un peu plus tard par des coups de feu. Au fil du roman, qui oscille entre les années ayant mené à cette nuit-là et les mois qui suivirent, la jeune Sylvie n’aura de cesse de chercher les réponses aux questions qui la harcèlent, quitte à découvrir des secrets qui hantent sa famille depuis des années. Alliant le sens dérangeant de l’étrange d’un Stephen King et la tendresse fantasque d’un John Irving, Pitié pour leurs âmes nous est raconté par la voix captivante d’une jeune héroïne bien décidée à découvrir la vérité sur ce qui s’est réellement passé cette nuit d’hiver.

Dernier point sur mes achats / mes entrées dans ma PAL :

Paris des Merveilles, tome 2, dans la même série que le premier tome :)

Norse Mythology de Neil Gaiman, cadeau de mon poussin

Smog of Germania de Marianne Stern, cadeau de mon poussin encore :)

Voila donc 7 lectures et 3 entrées dans ma PAL, bon bilan pour le mois d'avril :D

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/244

Fil des commentaires de ce billet