H2G2 tome 6 : Encore une chose de Eoin Colfer

Présentation éditeur :

Les Vogons m'ont créé afin que je puisse, par cajolerie, vous ramener sur Terre avant que les Grébulons ne la détruisent... Dans cinq minutes virtuelles, cette salle disparaîtra et vous vous retrouverez sur Terre, face aux rayons tueurs de planètes des Grébulons.» Voilà ce qu'annonce le Guide du voyageur galactique, version II, à Arthur Dent, Ford Prefect, Aléa Dent et sa mère Trillian qui, chacun de leur côté, viennent de passer cent ans dans une réalité virtuelle. Mais pas de panique, ne faisons pas un plat de cette catastrophe planétaire : il s'en produit constamment.

COLFER_h2g2_6.jpg

Critique :

Voilà, le dernier tome des aventures du Guide du voyageur galactique. Sauf que ce tome là n'a pas été écrit par Douglas Adams mais par Eoin Colfer, l'auteur de la série Artemis Fowl.

De son vivant, Douglas Adams n'était pas satisfait sur la manière dont il avait terminé la série H2G2 et il comptait à un moment ou un autre publier un sixième tome mais il est mort avant de pouvoir le faire. Quand en septembre 2008, l'éditeur Penguin annonce qu'il a demandé à l'auteur Eoin Colfer d'écrire un nouveau tome de la série H2G2, un certain nombre de fans se sont inquiétés. Le projet était soutenu par la veuve et la fille de Douglas Adams.

Au final, on retrouve le même univers et le même type d'humour. J'ai trouvé que la fin de la série partait un peu dans tous les sens alors que le tome 6 reprenait un peu les bases avec les personnages principaux du premier opus (Arthur Dent, Ford Prefect, Zaphod, Trillian) et reprend certaines idées du 1 comme le vaisseau qui utilise un générateur d'improbabilité, l'extraterrestre immortel qui voyage pour insulter les autres).

J'ai apprécié aussi l'idée d'une colonie humaine qui cherche à recruter un dieu pour soutenir leur religion et donc leur société. C'est l'occasion d'un nombre de clins d'oeil à d'autres dieux d'autres univers :D ou encore ces vaches qui ne demandent qu'à être mangées.

Globalement j'ai bien aimé ce tome. C'est drôle, ça se lit bien et je trouve cela plus posé que les derniers tomes écrits par Adams.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/234

Fil des commentaires de ce billet