Dune de Frank Herbert

Arrakis est un monde inhospitalier : recouvert de sable, parcouru par des vers des sables destructeurs, l'eau y est une richesse essentielle à la vie de leurs habitants et notamment du peuple Fremen. Inhospitalier mais très convoité car c'est leur seul endroit où l'on trouve l'épice, un condiment addictif dont raffole toutes les planètes...

Le Duc Leto Atreides est nommé par l'Empereur comme gouverneur de cette planète. Mais les adversaires héréditaires de sa famille, les Harkonnen n'entendent pas le laisser faire et compte bien s'emparer de cette planète et de son commerce d'épice...

Critique :

Dune est un roman très riche. Tout d'abord riche en personnages : on suit aussi bien la famille Atreides, le duc Leto, sa concubine Jessica et son fils Paul mais aussi les Harkonnens ou les locaux d'Arrakis. On a pas un seul point de vue mais les personnages ne sont pas nombreux au point d'être perdu parmi eux.

C'est aussi un univers assez complet : on a des informations sur la religion (notamment l'influence des Bene Gesserit), sur l'organisation économique et politique ...

Au final, j'ai trouvé ce roman assez lent. Il y a beaucoup de descriptions et d'explications et peu d'actions. Bien qu'intéressant, notamment sur sa vision sur l'eau comme richesse là où des habitants d'une autre planète n'hésitent pas à la gaspiller, je n'ai pas réussi à m'immerger dans cet univers et j'ai eu du mal à finir ce roman.

Donc un bon roman mais pas ma tasse de thé. Je ne pense pas lire la suite a priori.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/188

Fil des commentaires de ce billet