Blog d'une amatrice de fictions

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le Couteau sur la nuque d'Agatha Christie

Résumé

Hercule Poirot se trouve par hasard mêlé à une série de meurtres : un lord anglais est retrouvé assassiné dans sa bibliothèque, un couteau dans la nuque. Le meurtrier est tout trouvé : la dernière personne à l'avoir vu en vie était sa femme, qui cherchait à se débarrasser de son mari encombrant afin de se remarier. Le coupable est donc tout trouvé. Mais est-ce vraiment le cas ?

Critique

Hercule Poirot assiste à une représentation d'une jeune artiste américaine, Carlotta Adams, célèbre pour ses imitations. La jeune femme imite notamment une célèbre actrice, Jane Wilkinson. A l'occasion d'un repas suite à ce spectacle, Jane rencontre Hercule et lui demande d'intervenir auprès de son mari pour le convaincre d'accepter de divorcer. Elle cherche par tous les moyens de se défaire de cet homme. N'est-elle pas la coupable idéale quand ce dernier est découvert assassiné ?

J'avais envie de me remettre à lire du Agatha Christie. Comme d'habitude, je me suis laissée balader. C'est bien écrit, ça se lit vite. Un vrai plaisir. Certaines déductions sont évidentes et on se dit qu'au final, Poirot n'a aucun mérite et puis on se laisse finalement enfumer. Difficile de deviner le tableau général avant la conclusion du détective belge...

Je voudrais par contre revenir sur un passage au début du roman. Poirot et Hastings s'entretiennent au sujet de Carlotta Adams, la jeune imitatrice américaine.

— Nous voguons tous entre des écueils, observa Poirot d’une voix grave. Le malheur se tient souvent en embuscade sur notre route. Mais en ce qui concerne miss Adams, elle en triomphera pour deux raisons : elle ne manque pas d’adresse et, sans doute l’avez-vous remarqué, elle est juive. Ce détail, je l’avoue, m’avait jusque-là échappé. À présent, je discernais en effet sur son visage des traces d’origine sémitique. — Je vois là de grandes chances de succès, poursuivit Poirot ; seulement qu’elle prenne garde : un obstacle peut la faire trébucher. — Lequel ? — L’amour exagéré de l’argent. — Chacun de nous peut tomber dans le même travers. — Je vous l’accorde. Toutefois, vous ou moi soupèserions le pour et le contre avant d’agir, et ne nous laisserions pas guider par le seul souci d’amasser de l’argent.

Ce passage avait été surligné par un des lecteurs précédents (ma mère ou mon grand père). Ce passage m'a, moi aussi, interpelée et j'ai demandé à internet son avis. Je vous laisse prolonger la réflexion avec :

Du racisme dans l'oeuvre d'Agatha Christie

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/178

Fil des commentaires de ce billet