Critique :

Les Ravens est une longue série composée d'une trilogie et d'une quadrilogie, dont ce tome est le dernier. Il clôt donc cette longue série.

On retrouve Sol, vieillissant. Sa hanche lui fait mal. Son épée est devenue assez lourde. Denser est devenu le maître du mont de Xetesk, c'est-à-dire la plus haute autorité magique, autorité qu'il méprisait et défiait dans sa jeunesse. Leurs amis leur manquent mais ils se sont reconstruit une nouvelle vie : Sol dans son auberge qu'il tient avec sa femme et Denser dans son école de magie.

C'est un bon tome pour clore la saga et ce pour plusieurs raisons :

- On retrouve les éléments qu'on a aimé dans la saga : ce monde si particulier, sa magie, ses elfes et ses humains, les dragons etc etc...

- On retrouve aussi les héros qu'on a aimé, y compris ceux qui sont morts pendant les tomes précédents. En effet, les morts reprennent vie et reviennent en s'introduisant dans le corps de personnes récemment décédées. Cependant tout n'est pas rose puisqu'ils peuvent de nouveau disparaître...

- On retrouve aussi ce coté "multidimensionnel". En effet, la dimension de ce monde est liée à un autre monde, celui des dragons et de nouveau, on voyage entre les mondes.

Bref on retrouve beaucoup de choses présentes dans les tomes précédents. J'avoue que je n'ai pas raffolé du côté multidimensionnel? J'ai aimé l'intrigue et surtout comment les personnages de Sol et Denser sont tiraillés entre leur convictions passées et leurs positions actuelles. J'ai aussi apprécié le fait que la femme de Sol prenne une place plus importante que dans les tomes passés.

Bref un bon tome, une belle fin pour les Ravens (le dénouement est très satisfaisant je trouve) malgré cet élément qui ne m'enthousiaste pas (le voyage dimensionnel).