Doctor Who - La roue de glace de Stephen Baxter

Présentation de l'éditeur (Milady)

Résilience. Rappel. Restauration. Quel qu'en soit le prix.

Il ne fait pas bon grandir sur la Roue. Cet anneau de glace et d’acier autour d’une lune de Saturne qui héberge une colonie minière alimentant la Terre en minerais rares et précieux.

Lorsque de mystérieuses créatures sont aperçues à bord de la Roue, c’est un nouveau coup dur pour cette colonie déjà noyée dans les problèmes car les jeunes mineurs ne veulent plus descendre dans les mines labyrinthiques. Jusqu’au jour où la jeune Phee Laws, en surfant sur les anneaux de Saturne, sauve une étrange boîte bleue de la destruction.

À bord de la Roue, le Docteur, Jamie et Zoé vont se retrouver plongés au cœur d’un mystère qui remonte à la création du système solaire. Un mystère qui pourrait tous les tuer…

Critique

J'aime beaucoup la série Doctor Who (la récente, j'ai testé un peu l'ancienne mais, par manque de temps, je n'ai du voir que quelques épisodes) mais il faut bien admettre que les adaptations en romans sont plus qu'inégales.

Je ne connais l'auteur que de nom. Je sais qu'il a notamment travaillé sur une trilogie de SF avec Terry Pratchett, trilogie que je compte me procurer et lire (un jour, quand j'aurais le temps). Une petite recherche sur le net m'a appris qu'il était aussi connu pour ses romans hard SF et, après avoir lu ce Doctor Who, je n'en suis pas surprise.

On suit les aventures du second docteur (série des années 60, voire photo (source : Wikipédia)), un docteur que je ne connais pas, accompagné de deux personnages récurrents, Jamie, un jeune écossais originaire du XVIIIe siècle et Zoé Heriot, jeune fille provenant du XXIe siècle. Bref je ne connaissais pas ces personnages là mais ils sont très plaisants dans ce roman. Même si ce n'est pas un docteur que je connais, je retrouve la manière de penser propre à cette série : volonté de trouver une solution non-violente, de communiquer avec l'apparent ennemi plutôt que de tirer puis réfléchir après. On retrouve aussi un peu le coté foldingue du Docteur (genre les trucs complètement loufoques qu'il stocke dans son manteau). J'ai trouvé au final qu'on suivait beaucoup plus les compagnons du docteur que le docteur lui-même.

L'histoire est sympa mais la dimension hard SF avec les explications scientifiques m'a ennuyée. Je sais que c'est un ingrédient qui ne me plait pas et même si cela n'empêche pas la compréhension de l'intrigue, cela m'a rebutée.

En bref, un roman Doctor Who intéressant (un docteur qui a l'air fidèle, découverte de compagnons que je ne connaissais pas) mais le côté hard SF m'a un peu gâché ma lecture.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://euphemia.ovh/index.php?trackback/172

Fil des commentaires de ce billet