Critique :

J’ai un avis assez mitigé sur ce roman et ce, pour plusieurs raisons.

J’ai eu du mal à accrocher à ce récit : un début assez lent à mon goût, une thématique, un genre (la robinsonnade) qui m’attire assez peu, un style qui me rebute un peu (bien écrit, cependant).

Donc pourquoi le lire ? Et pourquoi m’être acharnée à le finir ?

Déjà je déteste abandonner un livre. De deux, ce roman est un monument de la littérature anglo-saxonne « qu’il faut avoir lu ». Enfin, malgré tous ces éléments qui m’ont rebutée, il y a un discours passionnant sur la nature humaine.

On suit surtout Ralph, gamin intelligent et charismatique qui devient vite le chef de cette petite troupe. Parmi les autres enfants, il y a le groupe des chasseurs, un groupe d’adolescents plus âgés menés par Jack. Lui aussi est assez charismatique et très vite les deux garçons devront apprendre à coopérer, à s’entendre. Ils devront mais le feront-ils ?

Au-delà de cette histoire de petits garçons seuls sur une île (ça commence presque comme Peter Pan et ses garçons perdus), il y a une réflexion sur l’autorité (qu’est-ce qui fait un chef ? le charisme ou les idées judicieuses ?), sur la civilisation et la vie en communauté. Au final, ce roman est assez violent, assez dur mais il sonne tellement juste.




Ce roman me permet de valider la case « un livre que « tout le monde » a lu sauf vous » dans le Bingo des Livres de Deidre.