Critique

Cet auteur est surtout connu pour sa réécriture de la légende arthurienne. J'ai opté pour Robin, premier tome de la trilogie du Roi Corbeau, car Robin des bois est un personnage que j'aime beaucoup.

Dans son roman, Lawhead situe l'histoire de Bran (surnommé Rhi Bran qui donnera Robin) dans le pays de Galles et non du côté de Sherwood. Il s'en explique dans les dernières pages de l'ouvrage. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il s'est plus que librement inspiré de l'histoire de Robin telle qu'on la connaît. Ce n'est pas désagréable mais je ne m'attendais pas à ca.

Ce tome raconte la chute du jeune prince Bran ap Brychan de la noblesse à la fuite et à la clandestinité. On y retrouve les personnages l'entourant habituellement (Petit Jean et le frère Tuck) mais Stephen Lawhead a aussi peuplé son oeuvre de personnages plus originaux telle que le père Asaph ou Angharad, la vieille sorcière / barde qui permet la renaissance de Bran en Robin.

J'ai apprécié la richesse des personnages principaux. Ils sont loin d'être stéréotypés ou unidimensionnels. Merian (=Marianne) est déchirée entre ses origines bretonnes qui lui font haïr les normands et son désir de confort et de reconnaissance sociale. Angharad est aussi un personnage assez fascinant, assez mystérieux. Neufchâtel est, de manière similaire, assez sympathique (il s'intéresse à ses gens, à leur bien-être) mais reste un froid calculateur en matière de politique.

Le style me semble intéressant mais j'ai eu un peu mal à lire. J'ai trouvé que le roman avait quelque lenteur.




Un bon roman, je reste un peu frustrée car on n'a que le début de la légende et il me faudra lire les tomes suivants, Will et Tuck, pour connaître la suite. Mais le style un peu lent me rebutera peut-être. Je verrais ^