Critique :

Le roman se laisse très bien lire, il est très agréable. L'intrigue est bien menée, jusqu'à la fin on ne sait pas comment cela va finir et j'avoue que la fin m'a pas mal surprise.

Les personnages sont attachants, en particulier Hoover et Leonova, même si aucun n'est vraiment très développé. Le personnage qu'on connaît le plus, Eléa, ne me plait pas particulièrement, je la trouve un peu froide.

L'ambiance est assez intéressante et les influences aussi. On retrouve le thème de la civilisation perdue, qui était un motif très fréquent dans les romans d'aventures du XIXe siècle. Mais on retrouve aussi une réflexion sur l'humanité, le coté "temps cyclique", succession d'âge de civilisation et de barbarie me rappelle un peu la thématique de Fondation d'Asimov. Ce roman, initialement un scénario de film mais le projet est abandonné pour fautes de moyens, est paru en 1968 et on retrouve aussi l'aspect "révolution étudiante" qui a marqué cette époque.

Cependant le lecteur reste un peu sur sa faim, notamment en ce qui concerne le dénouement (et la question qui reste c'est "pourquoi machin a trahi ?!).

Bref un bon roman de science fiction