Critique :

J’ai été contacté par l’auteur, Philippe Saimbert, pour découvrir cette comédie et je l’en remercie.

Je garde un avis mitigé sur ce roman.

L’histoire est agréable. Lors d’un enterrement, Philippe se remémore l’époque où il avait une bande de copains soudée autour de lui, une époque où il avait fait avec eux un pari stupide... celui de marier à tout prix Bertrand, le plus timide et le plus maladroit d’entre eux, éperdument amoureux d’une femme qui ne le voyait même pas. A un moment, j’ai presque trouvé que c’était de la chick lit (ce mélange de comédie et de romance qu’on trouve chez Sophie Kinsella) mais du point de vue d’un homme et j’ai trouvé le rapprochement assez pertinent. (Et c’est un compliment, j’adore Sophie Kinsella).

Le style, globalement, est sympathique. J’ai bien aimé le travail sur la langue et les jeux de mots, même si il y a des tournures qui détonent un peu. J’ai tiqué face à l’utilisation de « PTDR de chez LOL » ou ce genre de formulations. J’ai beaucoup aimé le ton utilisé dans la dernière partie du récit, à la fois tendre et nostalgique.

Ce qui fait que j’ai un avis mitigé réside dans l’humour salace / potache de l’auteur assez présent. A prendre au second degré, certes mais il y en a un peu trop à mon goût.

Je garde un bon souvenir de ce roman, globalement et je me laisserais peut être tenté par le 1e roman de cet auteur, L’héritage de tata Lucie.




Si vous êtes intéressé par ce roman, il se trouve sur amazon (et peut être avec le temps ailleurs).