Critique :

Ayant lu d'autres romans dans l'univers de Diablo, j'ai aimé le fait de retrouver le nécromancien et son crâne qui parle. Sa présence assure une certaine continuité avec les autres romans.

En règle générale, ce roman permet un approfondissement bienvenu sur l'univers de Diablo : on en apprend davantage sur les Horadrims et sur les classes du jeu puisque ce récit réunit une barbare Gynvir, un moine Mikulov et une sorcière Shanar. Certains passages détaillent le passé ou le mode de pensée des personnages, c'est vraiment pas mal.

Cependant, ce roman a un gros gros défaut : sa finition. Le roman est un grand format qui coûte tout de même dans les vingt euros (ce qui n'est pas donné). Donc on aimerait bien qu'il n'y ait pas autant d'erreurs : des espaces manquants (genre une phrase dont tous les mots sont collés à tous les autres), des phrases tournées bizarrement. Bref pour un aussi bel ouvrage (grand format, jolie couverture, reliure d'assez bonne qualité), il est dommage de tout gâcher avec d'aussi gros problèmes qu'une simple relecture par un professionnel aurait pu éviter.




Un récit qui m'a plu, notamment pour les connaissances dans l'univers du jeu qu'il m'a apporté mais une finition si mauvaise que je ne peux pas recommander de dépenser 20 euros pour cela.