Critique :

Le réalisateur, Ridley Scott, voulait offrir une version historique de la légende, notamment en remettant l'histoire dans son contexte historique et politique. Je ne suis pas assez calée en histoire pour vraiment juger. Je me fonde sur l'article de wikipédia qui semble assez sérieux, ainsi que sur les fiches wiki correspondant aux deux rois apparaissant dans le film, Richard Coeur de Lion et Jean sans terre. Il semblerait que cette prétention soit gachée par un grande nombre d'inexactitiudes historiques : Richard ne meurt pas sur le champ de bataille (mais de gangrène) et n'a pas pillé les chateaux français sur le chemin du retour (il protégeait ses terres en France des attaques du roi de France). L'article wikipédia semble assez complet sur l'approche historique donc je vous renvoie dessus. Cela dit c'est quand même le premier je crois à prendre autant en compte les réalités économiques et politiques dans un film consacré à Robin des Bois donc c'est tout de même un point intéressant.




L'intrigue est vraiment différente des autres films sur Robin des Bois. J'aime beaucoup ce personnage et j'avoue avoir vu beaucoup de versions diférentes sur cette légende. Certaines bonnes, d'autres moins bonnes. Je garde cela dit une préférence pour la version avec Errol Flynn, même si celle avec Kevin Costner est pas mal. Une seconde originalité de ce film réside dans son intrigue. D'habitude Robin est un hors la loi, qui vit en Angleterre, dans la forêt de Sherwood et vole aux riches pour donner aux pauvres. Le Sherif de Nottingham, sous les ordres de l'odieux Prince Jean, fait des pieds et des mains pour réussir à l'arrêter. Une jeune noble, Lady Marian, convoitée aussi par le Sheriff, fait tourner la tête à Robin avant de tomber elle-même amoureuse de lui. Généralement, après une attaque en règle contre la prison de Nottingham, Robin se réfugie dans la forêt avec Marian, avant de découvrir Richard Coeur de Lion, revenu enfin des croisades. Dans ce fillm, l'intrigue est très très différente : Marian a déjà épousé Robin Loxley, Robin des Bois n'est pas Loxley mais un homme qui se fait passer pour lui, d'abord pour pouvoir revenir de France, ensuite d'un commun accord avec Marian et son père. Les différences sont vraiment importantes et un certain nombre de passages obligés (comme le concours de tir à l'arc) ne sont pas présents, ce que je trouve un peu dommage. Ca n'est plus vraiment Robin des Bois je trouve...




Une dernière originalité de ce film réside dans les personnages. On est très loin du manichéisme de certaines autres versions. Selon wikipédia, le film devait se concentrer sur la vision du Sheriff et lui attribuer le beau rôle. Ce n'est pas l'idée qui sera finalement filmée mais on garde toutefois une certaine nuance au niveau des personnages.. Cette remarque est valable pour le Sheriff (qui n'est pas plus méchant que ça, un peu opportuniste peut être puisqu'il profite de la situation pour essayer de séduire Marian mais c'est vraiment un personnage secondaire), le prince Jean (qui me laisse une impression mitigée : pas méchant au fond mais il a subi toute sa vie la comparaison avec son frère et ne supporte plus d'être inférieur, il est pourtant capable d'écouter les bons conseils de ceux qui lui restent loyaux) mais aussi pour Robin, qui est quand même dépeint comme un archer déserteur qui pille les cadavres pour se faire passer pour qu'il n'est pas. Ce n'est quand même pas très glorieux.




En conclusion, Robin des Bois de Ridley Scott est un film long (149 mn), avec des longueurs (beaucoup), un très beau casting, beaucoup d'originalité du point de vue historique mais aussi question intrigue et personnages. Malgré tout, il ne me convainc pas. Dommage