Critique

J'ai aimé l'ambiance, très film noir, très kitsch. Film noir résumé bien l'ambiance : ça commence par un soir, bien sombre, et un crime horrible (le père de la donzelle citée précédemment). Puis le plan obligé sur la porte du bureau de Dylan, avec son nom et "Private detective" écrit dessus. C'est vraiment à la limite du cliché mais ça reste très prenant.




J'ai aimé les acteurs : sympathiques, bien dans leurs personnages. Au seul bémol que j'avoue, je n'ai pas reconnu Kurt Angle (un ancien catcheur de la WWE). Le pauvre, il a mal vieilli.




J'ai aussi aimé les personnages et surtout Dylan fait un bon duo avec son assistant (et j'avoue ne pas m'être attendue à ce qui allait arriver à l'assistant)




J'ai bien aimé aussi le fait que ça sortait d'une BD, une BD qui va surement un jour atterir dans ma PAL, si je la trouve. Pour info donc, une BD italienne dont Umberto Eco ne se lasse pas (si ca vous donne pas envie de la lire, ça).




J'ai moins aimé : les quelques longueurs, quand même




J'ai aussi moins aimé : l'intrigue parfois un chouia prévisible, surtout en ce qui concerne un personnage (je ne dirai pas lequel mais disons qu'il y a une trahison plus que prévisible, gros comme un maison)




Bref un bon film, qui se regarde très bien.