lundi 1 septembre 2014

Fahrenheit 451, roman et film

Malgré mes réticences à relire du Ray Bradbury (je n'avais pas été plus emballée que ça), j'ai accepté de lire Farhenheit 451 dans le cadre de mon 'club de lecture".Ce roman a été choisi comme lecture du mois d'août en hommage, pour faire redécouvrir cet auteur qui nous a quitté récemment.

Lire la suite...

Fondation 3 - Fondation d'Isaac Asimov

Ce mois-ci, au cercle, l'oeuvre choisie est Fondation d'Isaac Asimov, pilier de la science-fiction.Je connaissais cet auteur que de nom mais la lecture m'a beaucoup plu.

Lire la suite...

Doctor Who - Les Voleurs de Rêves de Steve Lyons

Unique roman doctor who avec le neuvième docteur traduit et publié en France pour le moment, Les Voleurs de Rêves met en scène le docteur (logique!), Rose et Capitaine Jack Harkness.




Je n'ai pas été conquise par les premiers romans Doctor Who qui ont été publiés en France. Enfin ça dépend beaucoup. La qualité est assez inégale. Je tiens à dire que dans celui-là, la qualité me semble vraiment bonne. On reconnait bien les personnages, leurs tics, leurs manières...




Les grandes lignes : le Docteur, Rose et Jack arrivent sur une planète futuriste. Ils visitent un peu. Beaucoup de grandes tours avec pas mal de monde entassé dedans. La ville ne s'étend pas. Et surtout, surtout... la fiction y est bannie...




Du coté traduction, j'ai été un peu surprise par certains choix. Notamment par "Face of Boe", qui a été traduit par Visage de Boe. Certes visage c'est la bonne traduction pour "face" mais les téléspectateurs sont habitués à Face de Boe. Bref il faut choisir entre une bonne traduction qui rompt avec les habitudes des fans ou une mauvaise traduction consacrée par l'usage. Choix difficile ^^.




Bref un bon roman Doctor Who. Pour le moment, le meilleur que Milady ait publié, mais bon j'ai pas encore tout lu, j'ai chopé une demi douzaine de romans DW en occaz l'autre jour. J'ai de la lecture ^^.




Pour finir, une petite citation :

- Ok, avait concédé Rose avec un haussement d'épaules, admettons qu'ils n'aiment pas la fiction. Est-ce si important que ça ?

- Mais bien sûr que c'est important ! Bien sûr. La fiction, c'est le champ des possibles. Elle est faite d'espoir, de rêve et de peur. Qu'est-ce qui reste, si on enlève ça ? Un cheptel de bovins qui travaillent, mangent, dorment, regardent la télé et sont incapables d'envisager quoi que ce soit en dehors du cadre étriqué de leur petite routine (p. 29).

page 2 de 2 -